septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 1 2 3 4 5
 

  1 / 2 / 3

Aranéide - Myriam Gourfink

du 29 juillet au 2 août à 22h
Le Carreau du Temple

Pourquoi bouger ? Comment bouger ? Vers quoi ? Faut-il, comme l’araignée, tendre ses filets pour attendre sa proie ? Dans une toile tissée à cinq mètres du sol, la chorégraphe Myriam Gourfink place la trapéziste Clémence Coconnier, le temps d’un voyage dans les zones les moins éclairées de la conscience. Un spectacle à suivre sur le fil, tendu et vibrant, de la perception, pour renouer avec ses instincts les plus primitifs.

“Avoir une araignée au plafond” : cette expression signifie aujourd’hui qu’on a un grain, de poussière ou de folie, quelque part dans sa tête. Mais à l’origine elle désignait quelqu’un qui n’investissait pas trop les étages supérieurs de son être, dans lesquels toutes bestioles travaillaient à leur aise. Sauf qu’on aurait bien tort de penser qu’il ne se passe rien dans les greniers. Ou plutôt, quand il ne se passe rien, c’est qu’il se passe des milliers de choses, on ignore seulement le travail acharné et discret du bois et de l’air, des particules et des insectes, de tout ce qui oscille et de tout ce qui vibre.

Dans le cadre du festival Paris Quartier d'été